EN DIRECT – Résultats des législatives : Macron doit «s’en aller ou nommer un premier ministre» du Nouveau front populaire, estime Mélenchon

EN DIRECT – Résultats des législatives : Macron doit «s’en aller ou nommer un premier ministre» du Nouveau front populaire, estime Mélenchon

22:27

Hautes-Pyrénées: Denis Fégné, un socialiste d’origine paysanne, nouveau député

Denis Fégné (PS-NFP), un militant CFDT de 63 ans qui devient le nouveau député de la 2e circonscription des Hautes-Pyrénées, a grandi dans une famille paysanne, avant de devenir maire de la commune d’Ibos, près de Tarbes en 2013.

M. Fégné, qui, avec 51,72% des voix exprimées, a devancé dimanche le candidat RN Olivier Monteil, tient à souligner qu’il a «grandi dans une famille de paysans, dans une ferme d’une trentaine d’hectares de terres». Il dit avoir été «élevé dans les valeurs de la terre et de l’école de la République».

22:23

Hauts-de-Seine : l’entrepreneur Thomas Lam (LR) arrache au NFP le siège de député

Le candidat LR Thomas Lam, soutenu par la majorité présidentielle et le camp anti-Ciotti, a ravi le siège de député à la candidate sortante Francesca Pasquini (EELV/NFP) dans la deuxième circonscription des Hauts-de-Seine.

Adjoint au maire d’Asnières-sur-Seine depuis 2014 et conseiller départemental délégué à la sécurité depuis 2021, Thomas Lam, 42 ans, a d’abord été cadre d’entreprise dans les domaines du commerce et des relations humaines avant de diriger ses propres entreprises.

Cet entrepreneur, né le 22 octobre 1981 à Villeurbanne, a grandi en Gironde, à côté de Bordeaux. Il a déménagé en Île-de-France en 2006 après avoir obtenu son diplôme d’école de commerce à Reims.

Adhérant à l’UMP dès le «milieu des années 2000», il s’installe à Asnières-sur-Seine en 2007 et décide de s’engager pour sa commune, qui bascule à gauche en 2008.

«M’engager pour les autres m’a toujours passionné», assure ce père de famille porté sur les questions de sécurité, de pouvoir d’achat, mais aussi d’écologie. «J’ai une fille de quatre ans, donc évidemment je suis sensible à la question écologique», explique-t-il.

22:22

Le dernier député communiste de Provence-Alpes-Côte-d’Azur battu par le RN

Après presque 40 ans sans discontinuer à sa tête, le Parti communiste du député sortant Pierre Dharréville a perdu dimanche la 13e circonscription des Bouches-du-Rhône au profit d’un candidat du Rassemblement National Emmanuel Fouquart, déjà candidat en 2017 et 2022.

M. Fouquart, 57 ans, ancien gendarme et élu d’opposition au conseil régional et à la mairie de Martigues, principale ville du territoire, a obtenu 52,87% des voix, contre 47,13% pour M. Dharréville.

Dans ce territoire ouvrier, historiquement détenu par le Parti communiste, le candidat du RN avait essuyé un échec en 2017 et 2022.

22:21

Seine-Maritime : Florence Hérouin-Léautey, élue locale PS à Rouen, entre à l’Assemblée

Florence Hérouin-Léautey, 51 ans, adjointe au maire de Rouen, a été élue dimanche au terme d’une triangulaire sur la 1ère circonscription de Seine-Maritime Élue à Rouen depuis 2011 et actuellement en charge de l’éducation, Mme Hérouin-Léautey est également conseillère départementale de Seine-Maritime.

Arrivée en tête au premier tour, elle a battu dimanche le député sortant macroniste Damien Adam et le candidat Rassemblement national Grégoire Houdan.

Mme Hérouin-Léautey a dit à l’AFP s’être présentée aux législatives parce qu’elle n’avait «pas le choix». «J’étais en mission face au risque de l’extrême droite, leur conception de la société et de ses valeurs est foncièrement opposée aux valeurs républicaines de la France», a-t-elle poursuivi.

22:20

À Bordeaux, le maire écologiste Pierre Hurmic qualifie la défaite du RN de «Bérézina»

«Les Français ont fait front pour sanctionner feu la Macronie. Pour elle, comme pour le RN, c’est plus qu’une défaite : c’est la Bérézina. Le NFP a maintenant une responsabilité historique pour proposer une gouvernance», réagit Pierre Hurmic, le maire écologiste de Bordeaux.

Par notre journaliste sur place Marie-Hélène Herouart 

22:18

À Marseille, de nombreux manifestants scandent «et tout le monde déteste Bardella»


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Beaucoup de monde est à la manifestation contre le RN à Marseille. La foule compacte scande «et tout le monde déteste Bardella.»

Par notre journaliste sur place Mathilde Ceilles

22:13

Élections législatives: «Il y a un rejet du RN par la majorité des Français», commente Eugénie Bastié


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

22:02

Danielle Simonnet, députée sortante LFI, annonce à l’AFP sa réélection à Paris

Danielle Simonnet, députée sortante LFI, a annoncé dimanche soir à l’AFP sa réélection dans la 15e circonscription de Paris face à la candidate officiellement investie par son parti, la syndicaliste de la CGT Céline Verzeletti.

L’élue parisienne, qui totalisait 75% des bulletins selon des résultats partiels, n’avait pas été réinvestie par LFI, comme quatre autres députés sortants, en raison de son positionnement critique vis-à-vis de la direction, mais se revendiquait du Nouveau Front populaire.

21:59

Louis Boyard, député sortant LFI, annonce sa réélection sur X


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

«Nous venons de gagner l’élection dans la 3e circonscription du Val-de-Marne», a annoncé le député sortant LFI, Louis Boyard. «Le Nouveau Front populaire est en tête dans le pays. Je suis réélu député. Merci», s’est réjoui le jeune homme.

21:57

Le candidat fiché S Raphaël Arnault élu à l’Assemblée nationale


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Un fiché S à l’Assemblée nationale. Le candidat controversé investi par La France Insoumise et le Nouveau Front populaire dans la circonscription d’Avignon, Raphaël Arnault a battu ce dimanche la députée sortante du Rassemblement national Catherine Jaouen. Avec 54,98% des suffrages, ce militant de la Jeune garde antifasciste à Lyon fait donc son entrée au palais Bourbon.

21:56

Élections législatives: «Le Rassemblement national essuie une défaite indiscutable», analyse Vincent Trémolet de Villers


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

21:56

Un étudiant et salarié du RN bientôt au palais Bourbon

À la fois étudiant et salarié à la direction générale du RN, Flavien Termet, 22 ans, élu dans la 1ère circonscription des Ardennes, se pose en porte-voix «des plus méritants, les travailleurs pauvres». Délégué départemental du RN, il remporte le siège du macroniste Lionel Vuibert qui, en 2022, avait gagné cette circonscription avec un écart de 198 voix face à un candidat du Rassemblement national.

Cet étudiant en licence de droit et sciences politiques travaille également pour la direction générale du RN où il est chargé d’organiser des formations.

Au Palais Bourbon, Flavien Termet s’engage à soutenir toutes les mesures pour le pouvoir d’achat. Le jeune homme a pratiqué le handball chez les moins de 18 ans en Bretagne et affectionne la pêche qu’il pratique dans le Blavet.

21:51

«Je ne suis pas candidat à diriger le gouvernement. Nous n’en sommes pas là», fait valoir François Hollande sur BFMTV

«Je ne suis pas candidat à diriger le gouvernement. Nous n’en sommes pas là», a fait valoir François Hollande sur BFMTV, élu député en Corrèze. «Il y a trop de sujets douloureux dans notre pays au niveau des services publics et de la sécurité. Il faut agir», a ajouté l’ancien président de la République.

21:51

Ciotti dénonce une «alliance de la honte» qui donne «le pouvoir à l’extrême gauche»


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Éric Ciotti, président contesté de LR pour avoir passé une alliance avec le RN, a dénoncé dimanche «une alliance de la honte» qui a donné «le pouvoir à l’extrême gauche» au deuxième tour des législatives.

Devant ses partisans à Nice, il a fustigé une «alliance de la honte qui a additionné les macronistes, les écologistes, les insoumis, les socialistes, les communistes, les amis de M. (Xavier) Bertrand», dénonçant une «tambouille politicienne» du président Emmanuel Macron qui «amène le pouvoir à l’extrême gauche sur un plateau d’argent».

21:49

Premières réactions à l’international sur les résultats des législatives

Un responsable du parti social-démocrate du chancelier allemand Olaf Scholz a jugé dimanche que «le pire» avait été «évité» avec le score décevant de l’extrême droite aux élections françaises, dont Emmanuel Macron ressort à ses yeux «politiquement affaibli».

«Le pire est évité, le RN (Rassemblement national) ne peut pas constituer une majorité gouvernementale» à l’issue des législatives, a déclaré au groupe de presse Funke le responsable des questions de politique étrangère du groupe parlementaire des sociaux-démocrates du SPD à la chambre des députés, M. Nils Schmid.

Le premier ministre polonais, Donald Tusk, a déclaré dimanche que la défaite annoncée de l’extrême droite française aux élections législatives rendait Varsovie «heureuse» et entraînerait la «déception» de la Russie et le «soulagement» de l’Ukraine. «À Paris l’enthousiasme, à Moscou la déception, à Kiev le soulagement. Assez pour être heureux à Varsovie», a écrit l’ancien chef de l’UE Tusk sur X.

21:49

À Rennes, de premières tensions


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

À Rennes, la préfecture avait pris un arrêté «portant interdiction des manifestations» pour éviter des «troubles à l’ordre public». Mais des organisations (Soulèvements de la Terre, AG antifascistes de Rennes…) ont appelé à un rassemblement non déclaré.

Les CRS présents à Rennes, ce dimanche soir.
Laurène Trillard / Le Figaro

Dans le centre-ville, des dizaines de militants se sont réunis derrière une large banderole «soulèvement antifastiste». Sommés de se disperser, l’ambiance se tend soudainement. «Tout le monde déteste la police» crient les militants d’ultra gauche.

21:44

Clémentine Autain appelle les députés de gauche à se réunir lundi pour proposer un premier ministre

La députée LFI de Seine-Saint-Denis Clémentine Autain a appelé dimanche les députés du Nouveau Front populaire à se réunir dès lundi «en assemblée plénière» pour proposer, à l’issue d’un vote, à Emmanuel Macron un premier ministre qui ne sera «ni François Hollande, ni Jean-Luc Mélenchon».

Appelant le chef de l’État à ne pas «brutaliser le Parlement», Mme Autain a souhaité que «le Front populaire, dans sa diversité, soit en capacité de dire quel est le point d’équilibre qui permet de gouverner», point d’équilibre qui ne peut être «ni Hollande, ni Mélenchon» selon elle.

21:40

Paris: de premiers heurts place de la République

Une source policière indique au Figaro que 500 individus d’ultra gauche, cagoulés, se sont rassemblés aux abords de la place de la République, au niveau de la rue Charlot, avant d’arriver sur la place. De premiers heurts avec les forces de l’ordre sont observés par notre journaliste sur place.

Notre source policière indique que deux détonations de bombes agricoles ont été recensées, sans toutefois faire de blessés.

21:39

Le pire est «évité» pour la CFDT, une «victoire incroyable» réagit la CGT

«Nous avons évité le pire», a jugé la numéro 1 de la CFDT Marylise Léon après les résultats du deuxième tour des élections législatives dimanche qui ont placé en tête l’alliance de gauche, «une victoire incroyable» a estimé son homologue de la CGT, Sophie Binet. «Merci, merci, merci ! Grâce à la mobilisation de toutes et tous, nous avons évité le pire», a commenté sur X (ex-twitter), la secrétaire générale de la CFDT en référence aux premières estimations qui placent le RN en troisième position.

«Le prochain gouvernement devra associer tous les acteurs de la société civile pour entendre enfin les vraies préoccupations des citoyens et changer la vie de toutes et tous!», a-t-elle ajouté. À l’instar de quatre autres syndicats (CGT, Unsa, FSU et Solidaires), la CFDT avait appelé à «battre l’extrême droite». Au contraire de la CGT, elle n’avait pas donné de consignes de vote. Pour la secrétaire générale de la CGT, Sophie Binet, les résultats de dimanche soir sont «une victoire incroyable»

«La République et la démocratie ont gagné face à l’extrême droite malgré le chaos créé par Macron. Il faut du changement dans nos vies : abrogation de la réforme des retraites, augmentation des salaires et des pensions. On ne lâche rien», a écrit la syndicaliste sur X. Dans une décision rare, la CGT avait appelé explicitement à voter pour le Nouveau Front populaire. L’alliance de gauche du Nouveau Front populaire est sortie en tête du deuxième tour des élections législatives dimanche, devant les macronistes et le Rassemblement national dont la progression est largement endiguée, selon des premières estimations qui ne dégagent aucune majorité pour former un gouvernement.

21:38

«Il ne faut pas mentir, on est bien sûr déçus», reconnaît un bras droit de Marine Le Pen

Le saint-cyrien Renaud Labaye, bras droit de Marine Le Pen, secrétaire général du groupe RN à l’Assemblée nationale, considère «qu’il ne faut pas mentir, on est bien sûr déçus.» «Mais dans plein de circonscriptions, je n’ai pas le détail des résultats, on dépasse les 40%. Certes, ce n’est pas 50, mais c’est énorme. Il y a deux ans et demi, on avait 7 députés à l’Assemblée».

Pense-t-il que le niveau (désastreux) de certains de leurs candidats révélés pendant l’entre-deux tours a pu jouer contre eux. Il secoue la tête. : «les médias peuvent impressionner les gens. On n’a peut-être pas assez formé nos candidats mais ne tombons pas dans un piège. Ce qui a aussi perdu le PS et l’UMP, c’est la professionnalisation de la politique au point qu’ils n’investissaient que des diplômés de Sciences Po et de l’ENA. Maintenant au travail, on reprend le bâton de pèlerin.»

Par notre journaliste sur place Madeleine Meteyer

21:37

Ambiance calme et festive à Bordeaux

À Bordeaux, l’ambiance est également à la fête. Un rassemblement est en cours place de la Victoire, l’ambiance est bon enfant. Un manifestant va jusqu’au pied des policiers mobilisés, il fait des flèches après avoir écrit au sol : « Ici, police». «C’est vrai», rient les fonctionnaires. «Je suis content, ils n’ont pas gagné ces racistes», réagit l’un des manifestants, un grand sourire aux lèvres.

D’après les premières estimations à 20h00 en Gironde, tombées dans 8 des 11 circonscriptions qui votaient ce dimanche, le Nouveau Front populaire est en tête dans trois d’entre elles. Du côté du Rassemblement national, le député sortant Grégoire de Fournas arrive devant son opposant NFP et Sandrine Cadourne l’emporte sur le député sortant Florent Boudié (Ensemble!).

La ministre macroniste Bérangère Couillard perd également son siège, elle, face au NFP. Les députés sortants de la majorité Sophie Mette, Sophie Panonacle et Éric Poulliat sont réélus. Les résultats des trois circonscriptions bordelaises sont encore attendus.

21:36

Stéphane Séjourné élu dans les Hauts-de-Seine

Le ministre des Affaires étrangères a été élu dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine, a-t-il annoncé sur X.

«Elu! Merci», écrit le ministre sur le réseau social en précisant avoir récolté 72,63% des voix pour sa première élection au parlement. Il faisait face à l’écologiste Pauline Rapilly-Ferniot, candidate sous la bannière du Nouveau Front populaire.

21:33

Le RN fait le grand chelem dans l’Yonne

Le RN a fait le grand chelem dans l’Yonne, dimanche, en remportant les trois sièges de députés de ce département, terre rurale fertile à l’extrême droite.

Après la victoire au premier tour de Julien Odoul, porte-parole national du RN, dans la troisième circonscription, la LR-RN Sophie-Laurence Roy a battu d’extrême justesse (50,42%) le sortant macroniste André Villiers. Dans la première, le sortant RN Daniel Grenon a été reconduit, avec 51,4%, face à l’écologiste investie par le NFP Florence Loury.

21:32

Alexis Corbière, député sortant LFI, annonce sur X sa réélection en Seine-Saint-Denis

Alexis Corbière, député sortant LFI, a annoncé sur son compte X sa réélection en Seine-Saint-Denis. «Tous les bureaux de vote ne sont pas encore dépouillés à l’heure actuelle à Montreuil et Bagnolet, mais à l’évidence, je suis nettement réélu député de la 7e circonscription», a-t-il écrit.

21:31

«Il n’y aura ni coalition ni compromission» de la part de LR, prévient Wauquiez

Laurent Wauquiez, qui nourrit des ambitions élyséennes et a été élu dimanche aux élections législatives en Haute-Loire avec 60% des voix face au RN, a écarté la participation de LR à une «coalition», rejetant «des combinaisons pour échafauder des majorités contre nature».

«Le en même temps est mort ce soir, et tous ceux qui voudront le prolonger dans le dos des électeurs seront discrédités demain», a déclaré le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui doit renoncer à ses fonctions pour siéger au Palais Bourbon et qui entend désormais «consacrer toute son énergie» pour «offrir un autre chemin à notre pays».

21:31

Macron doit «ou bien s’en aller, ou nommer un premier ministre dans nos rangs», affirme Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon en remet une couche. Dans son discours prononcé dans la foulée des résultats préliminaires, qui donnent le Nouveau Front populaire en tête, le leader de la France Insoumise avait affirmé que le président «a le devoir d’appeler le Nouveau Front populaire à gouverner».

Désormais place de la République, avec les soutiens de l’alliance de gauche, il est allé plus loin, affirmant que Emmanuel Macron doit «ou bien s’en aller, ou nommer un premier ministre dans nos rangs».

21:27

À Nantes, liesses de joie et danses festives


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

À Nantes, les résultats ont été accueillis par des liesses de joie. Militants et sympathisants se sont réunis place de Bretagne, où, entre deux danses festives et un picnic, on a hué les noms de Jordan Bardella, Emmanuel Macron et Cyril Hanouna. Dans la foule, des drapeaux palestiniens et d’Extinction Rébellion ont notamment été capturés par notre journaliste.

Peu avant 21h30, un cortège s’est élancé vers un rue adjacente, mais a été interrompu par des policiers. De premières lacrymos ont été tirées.

21:23

Élections législatives: «Ce soir, aucune majorité absolue ne peut être conduite par les extrêmes», assure Gabriel Attal


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

21:20

«Je remettrai demain matin ma démission au président de la République», annonce Gabriel Attal, qui s’est dit prêt à rester à Matignon «aussi longtemps que le devoir l’exigera»


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

«Je tiens à féliciter les 577 députés nouvellement élus. Tous réunis représentent notre nation. Cette dissolution, je ne l’ai pas choisie mais j’ai refusé de la subir et avec nos candidats Ensemble nous avons décidé de nous battre», a entamé le premier ministre. «Ce soir, aucune majorité absolue ne peut être conduite par les extrêmes grâce à notre détermination et à la force de nos valeurs, nous sommes debout. Nous avons trois fois plus de députés que donnaient les estimations au début de cette campagne.»

«Partout où je suis allée j’ai eu à cœur de vous écouter. Ce soir, la formation politique que j’ai représentée dans cette campagne ne dispose pas d’une majorité, je remettrai demain matin ma démission au président de la République», a annoncé Gabriel Attal, qui s’est toutefois dit prêt à rester à Matignon «aussi longtemps que le devoir l’exigera» dans le contexte des Jeux olympiques.

«Je ne me résoudrai jamais à ce que des millions de nos concitoyens fassent le choix de voter pour les extrêmes. Aux Français je dis : je respecte chacun d’entre vous. Il y a des vies plus difficiles que d’autres et ce sont ces vies que nous devons rendre meilleure. Là où je serai, j’aurai toujours à cœur de remplir cet objectif», a-t-il précisé. Gabriel Attal est réélu dans la 10e circonscription des Hauts-de-Seine et siègera dans en tant que député dans l’Assemblée nationale.

Visiblement ému, le premier ministre a appelé à inventer quelque chose de neuf. «Dès demain, nous devrons être du côté de ceux qui croient en la France toujours et du côté de nos compatriotes sans cesse. Je sais pouvoir compter sur nos députés nouvellement élus pour répondre vraiment aux attentes qui parcourent notre pays. Toujours, nous chercherons à apaiser derrière ceux qui veulent que nos esprits s’enflamment et font le jeu des populistes et des communautaristes», a conclu Gabriel Attal.

21:17

«Aujourd’hui, il y a une coalition, le NFP, qui est la première force politique de l’Assemblée nationale», souligne Manuel Bompard

«Nous avons dit quels étaient les mesures d’urgences de ce programme avec l’abrogation de la réforme des retraites et le blocage des prix», a réagi Manuel Bompard. «Aujourd’hui, il y a une coalition, le NFP, qui est la première force politique de l’Assemblée nationale.»

21:17

La candidate PS Valérie Rabault battue par le RN dans le Tarn-et-Garonne

La candidate PS Valérie Rabault, vice-présidente de l’Assemblée, ne sera pas réélue députée. Elle a été battue par la candidate LR, soutenue par le RN dans sa circonscription du Tarn-et-Garonne.

21:17

«Notre victoire n’est que différée», déclare Marine Le Pen sur TF1

«J’ai trop d’expérience pour être déçue par un résultat où l’on double le nombre de nos députés», déclare Marine Le Pen sur TF1. «La marée continue à monter», «notre victoire n’est que différée», poursuit-elle.

«Si il n’y avait cet accord contre nature entre Macon et l’extrême gauche, le Rassemblement national serait en situation de majorité absolue», estime-t-elle. «La situation est intenable. Jean-Luc Mélenchon va-t-il devenir premier ministre ?» questionne-t-elle.

Interrogée sur une démission d’Emmanuel Macron, Marine Le Pen répond : «Je n’appelle à rien».

21:15

Marie-Caroline Le Pen battue de peu par la candidate du Nouveau Front populaire

Marie-Caroline Le Pen (RN), soeur de Marine, a été battue de peu dimanche dans la 4e circonscription de la Sarthe par la candidate du Nouveau Front populaire, la députée sortante Elise Leboucher (LFI), élue avec 50,23% des voix.

L’aînée des trois filles de Jean-Marie Le Pen était pourtant arrivée nettement en tête à l’issue du premier tour (39,26%) mais Mme Leboucher (25,94% au premier tour) a bénéficié du désistement de la candidate du camp présidentiel, Sylvie Casenave-Péré, arrivée lors du premier tour en troisième position seulement 35 voix derrière elle.

21:15

«Cette configuration bloque le pays»: le soulagement et les inquiétudes de Benoît Payan, maire PS de Marseille

Le maire de Marseille, Benoît Payan (PS), a exprimé son «soulagement» à l’annonce des résultats préliminaires. «Le soulagement de voir que le Rassemblement national qui menaçait la République et ses institutions, n’a pas réussi son pari. Et que les Françaises et les Français sont allés massivement leur dire non. Et je veux remercier massivement les électeurs qui ont voté pour le Nouveau front populaire mais qui aussi fait barrage».

Le maire de la cité phocéenne a tout de fois averti que «rien n’est clair» ce dimanche soir. «Le Nouveau Front populaire aurait une légère avance mais il semble que cette configuration bloque le pays. Si nous sommes premiers, nous n’avons et nous n’aurons pas la majorité absolue pour gouverner ce pays tel que nous l’entendons».

21:12

La ministre Agnès Pannier-Runacher élue face au RN dans le Pas-de-Calais

La ministre déléguée à l’Agriculture, Agnès Pannier-Runacher, a été élue dimanche dans la deuxième circonscription du Pas-de-Calais face à son concurrent du Rassemblement national, après le désistement d’un candidat du Nouveau Front populaire.

Agnès Pannier-Runacher a recueilli 55,84% des voix contre 44,16% pour Alban Heusèle (RN), qui était arrivé en tête au premier tour dans cette circonscription auparavant détenue par la macroniste Jacqueline Maquet. Le candidat du NFP, l’écologiste Alexandre Cousin, s’était désisté après être arrivé en troisième position au premier tour.

Ministre depuis 2018, issue de l’aile gauche de la majorité, Agnès Pannier-Runacher a été successivement secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, ministre déléguée à l’Industrie, ministre de la Transition énergétique et, depuis le mois de février, ministre déléguée à l’Agriculture. Le RN continue de progresser dans le Pas-de-Calais où le parti d’extrême droite a conquis six circonscriptions dès le premier tour, et au moins trois autres dimanches, contre six députés RN en 2022.

21:09

François Ruffin annonce sa réélection dans la Somme


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

«En quatre semaines nous avons affronté un vent de face. Il n’y a pas de fatalité, nous l’avons emporté», déclare François Ruffin. «Ce n’est pas un miracle. C’est grâce à vous», poursuit-il. «Ce soir l’espoir renaît. L’espoir qu’on vive mieux un peu. Maintenant je dis attention aux illusions. Nous avons 13 députés en Picardie qui sont Rassemblement national».

21:05

Il est «évident» que Jean-Luc Mélenchon ne peut «pas gouverner la France», dit Séjourné

Le camp présidentiel présentera des «conditions préalables à toute discussion» en vue d’une majorité, a déclaré dimanche le secrétaire général des élections législatives (Renaissance) Stéphane Séjourné, excluant que «Jean-Luc Mélenchon et un certain nombre de ses alliés» puissent gouverner la France.

«Il est évident que Jean-Luc Mélenchon et un certain nombre de ses alliés ne peuvent pas gouverner la France», a déclaré Stéphane Séjourné au QG de son parti dimanche. Rennaissance sera selon lui «intransigeant sur la défense des principes républicains et notamment de la laïcité, ainsi que la lutte contre le racisme et l’antisémitisme», ainsi que sur «la poursuite résolue de la construction européenne et du maintien du soutien de l’Ukraine face à la Russie».

21:04

L’ex-numéro 2 de LR Aurélien Pradié facilement réélu dans son fief du Lot

L’ex-numéro 2 de Les Républicains, Aurélien Pradié, a été réélu dimanche avec 53,78% des voix dimanche dans la première circonscription du Lot, après une campagne menée sans étiquette, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur.

Le député sortant, qui a pris ses distances avec un LR fracturé par l’alliance avec le Rassemblement national, devance de 30 points les candidates du Nouveau Front populaire (NFP) Elsa Bougeard (LFI, 23,26%) et du RN Slavka Milaylova (22,96%).

21:04

Éric Ciotti, président de LR allié au RN, écrit sur X «être réélu» à Nice


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Éric Ciotti, président contesté de LR pour avoir passé une alliance avec le RN pour les législatives, a annoncé dimanche soir sur le réseau X (ex-Twitter) être réélu dans sa circonscription niçoise des Alpes-Maritimes.

«Je suis réélu dans la première circonscription des Alpes-Maritimes. Merci aux Niçois qui m’ont fait une nouvelle fois confiance», a-t-il écrit.

21:01

«Doit-on s’allier avec le parti présidentiel ou doit-on rester ferme sur les positions du programme du NFP?», se questionnent des militants de gauche

Quelques dizaines de minutes après la joie, les premiers calculs se font à la Rotonde chez les sympathisants Insoumis : doit-on s’allier avec le parti présidentiel ou doit-on rester ferme sur les positions du programme du NFP après cette victoire ?

Pierre, 26 ans, n’est pas militant LFI, mais lui aussi est venu assister à la «bonne surprise» alors qu’il attendait «un score plus haut du RN».

«Maintenant, j’attends de voir quel type de coalition va se mettre en place, glisse-t-il, en tentant de se faire entendre à cause de la musique assourdissante. On a vu beaucoup de fractures chez les macronistes. Il y a des personnalités qui pourraient nous rejoindre !»

Par notre journaliste sur place Maxime Dubernet de Boscq

Des militants de gauche à Paris.
Maxime Dubernet de Boscq / Le Figaro

20:59

Édouard Philippe appelle à un «accord» entre forces politiques, mais sans la France insoumise

«Une majorité de Français ne veulent pas donner le pouvoir au Rn et je m’en réjouis. Le NFP, alliance électorale hétéroclite ne dispose pas non plus d’une majorité, quoique en dise Jean-Luc Mélenchon», a déclaré, depuis le Havre, Édouard Philippe.

Le président du parti «Horizons» estime que la dissolution a conduit à une «grande indétermination qui fait courir un péril que personne ne doit sous-estimer», a-t-il ajouté. «La crédibilité de notre pays pourrait en être atteinte et les forces politiques centrales doivent sans compromission faire un accord pour stabiliser la politique mais sans la France insoumise et le RN.»

20:54

Au Parc floral, les militants du RN sont déçus

Parmi les militants présents (et déçus) ce soir au pavillon du Parc floral, Aymeric Mahiet, 34 ans, CPE à Saint-Germain-en-Laye et Muriel Harang, 58 ans, boulangère à Courbevoie. Les deux sont adhérents au RN depuis 2012.

Leurs visages sont déçus mais ils nous assurent ne pas être «totalement déçus». «Je suis quelqu’un de positif, insiste Aymeric, Rome ne s’est pas construite en un jour. D’élection en élection, on augmente notre score.» Muriel aussi essaie d’être «positive» même si c’est «dur». «En fait, réfléchit Aymeric, Macron n’a pas respecté ce que voulaient les Français en ordonnant une alliance contre-nature. Pourquoi demander un avis si c’est pour le bafouer ?» «Bon, propose Muriel, on va boire un coup?»

Par notre journaliste sur place Madeleine Meteyer

Aymeric Mahiet, 34 ans, CPE à Saint Germain en Laye et Muriel Harang, 58 ans, boulangère à Courbevoie.
Madeleine Meteyer / Le Figaro

20:51

Dominique Voynet, ancienne ministre de retour à l’Assemblée

Dominique Voynet, 65 ans, ancienne ministre, sénatrice et députée EELV, va retrouver les bancs de l’Assemblée nationale après sa victoire dimanche dans la 2e circonscription du Doubs face à un candidat RN.

La candidate du Nouveau front populaire (NFP) a remporté l’élection avec 59,95% des suffrages après avoir bénéficié du retrait du candidat de la majorité présidentielle pour le second tour, dans cette circonscription qui fut celle de la vice-présidente socialiste de l’Assemblée nationale, Paulette Guinchard-Kunstler.

20:51

Laurent Wauquiez (LR) élu dans son fief de Haute-Loire, selon les résultats partiels

Le président LR d’Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, possible candidat de la droite à l’Elysée en 2027, a été élu dimanche au second tour des élections législatives dans son fief de Haute-Loire, battant un candidat RN.

L’ancien ministre âgé de 49 ans, était crédité de 60,51% des voix avec 88% des bulletins dépouillés dans la 1ère circonscription de ce département rural. Il était talonné au premier tour par le candidat du Rassemblement national Alexandre Heuzey.

20:50

«J’ai voulu ouvrir un chemin d’espoir», déclare François Hollande, élu député en Corrèze

«J’ai décidé de me présenter ici en Corrèze, là où j’ai toujours tiré ma légitimité», a déclaré François Hollande. «Je considérais que mon devoir, malgré les fonctions que j’ai occupé, était de tout faire pour empêcher l’extrême droite d’arriver au pouvoir mais aussi d’ouvrir un chemin d’espoir.»

«Je veux remercier tous les partis de la gauche qui ont compris quel était le sens de cette démarche. ça tient aussi à des gens qui ne sont pas de gauche mais qui ont voulu que leur vote soit clair et limpide. Ma satisfaction c’est d’avoir permis d’écarter l’extrême-droite», a ajouté François Hollande. Il a également souligné la «défaite de la majorité sortante» et la poussé de la gauche «rassemblée».

Selon lui, le Nouveau Front populaire a une responsabilité. «Il (le NFP ndlr), doit remplir son rôle : de peser sur les décisions qui devront être prises et de jouer de ce point de vue toutes les décisions nécessaires comme le blocage des prix et notamment du gaz, une remise en cause de retraites…C’est de tout cela que l’Assemblée doit s’emparer», a-t-il énuméré. «Et puis, il y aura des décisions fiscales à prendre et nous savons ce que nous voulons mettre dans ce budget : l’impôt sur la fortune ou les profits des entreprises. Voilà ce qu’on attend de la gauche.»

«Je suis socialiste, ça n’aura échappé à personne mais la gauche s’est rééquilibrée et tant mieux. Trois mots doivent compter : le travail pour aider les Français, l’apaisement également que la gauche doit porter et enfin nous devons êtes les ardents défenseurs de la justice sociale», a conclu François Hollande.

20:49

Résultats du second tour: les projections en sièges par parti politique

L’institut de sondage Ifop affine ces résultats du second tour et donne des estimations en sièges pour chaque parti politique :

  • La France Insoumise remporterait entre 85 à 94 sièges.
  • Le Parti communiste français entre 8 et 10 sièges.
  • Le Parti socialiste entre 55 et 65 sièges.
  • Les Ecologistes entre 32 et 36 sièges.
  • Renaissance entre 107 et 115 sièges.
  • Le Modem entre 21 et 22 sièges.
  • Horizons entre 23 et 24 sièges.
  • Les Républicains et divers droite entre 60 et 63 sièges.
  • Le Rassemblement nationale entre 120 et 130 sièges.
  • Les amis d’Éric Ciotti entre 10 et 15 sièges.
  • Divers gauche auraient 10 sièges.
  • Divers aurait 5 sièges.

La projection en sièges.
FIGDATA


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

20:47

Élisabeth Borne annonce sa réélection dans la 6e circonscription du Calvados

L’ancienne Première ministre Élisabeth Borne a annoncé dimanche soir avoir conservé son siège de député de la 6e circonscription du Calvados, où elle affrontait le candidat RN Nicolas Calbrix après le désistement du candidat de gauche.

«Je veux remercier les électeurs de la 6ème circonscription du Calvados qui m’ont renouvelé leur confiance (…) », a déclaré Mme Borne devant la mairie de Vire-Normandie. Elle a indiqué ne pas encore savoir «quelle sera la configuration de notre Assemblée Nationale» mais «pendant 20 mois en tant que Premier ministre, moi j’ai eu à cœur de bâtir des compromis avec les uns et les autres, et je suis persuadée qu’on doit pouvoir rassembler toutes les personnes qui partagent des valeurs républicaines».

20:45

Olivier Marleix, patron des députés LR, réélu en Eure-et-Loir

Olivier Marleix, patron des députés LR à l’Assemblée nationale avant la dissolution, a été réélu dimanche dans la 2e circonscription d’Eure-et-Loir avec plus de 57% face au candidat RN Olivier Dubois, selon les résultats définitifs.

Au premier tour, M. Marleix avait terminé en deuxième position avec 25,92%, loin derrière Olivier Dubois, dans cette circonscription de Dreux où l’extrême droite avait connu ses premiers succès il y a 40 ans. Arrivée troisième, la candidate socialiste Nadia Faveris s’était désistée au nom du barrage républicain.

20:44

«Aujourd’hui personne ne peut dire qu’il a gagné ces législatives et surtout pas Jean-Luc Mélenchon», s’exclame Gérald Darmanin

«Aujourd’hui personne ne peut dire qu’il a gagné ces législatives et surtout pas Jean-Luc Mélenchon», s’est exclamé Gérald Darmanin. Réélu à Tourcoing, Gérald Darmanin s’est réjoui d’être en tête dans toutes les communes alentour et d’avoir à «nouveau battu le RN.» Le ministre s’est également dit prêt à travailler avec la droite républicaine «plus que nous ne l’avons fait précédemment.»

20:43

Emmanuel Macron ne s’exprimera pas ce soir


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Emmanuel Macron va attendre de connaître la «structuration» de la nouvelle Assemblée pour déterminer qui il va appeler à former un gouvernement, a annoncé dimanche soir l’Élysée.

«Conformément à la tradition républicaine, il attendra la structuration de la nouvelle Assemblée nationale pour prendre les décisions nécessaires», a indiqué la présidence, ajoutant qu’il ne prendrait dans ces conditions pas la parole dimanche soir.

Le chef de l’État «prend actuellement connaissance des résultats des élections législatives au rythme des remontées, circonscription par circonscription». «Dans son rôle de garant de nos institutions, il veillera au respect du choix souverain des Français», ajoute l’Élysée.

20:36

«Personne ne peut dire qu’il a remporté» ces élections, «surtout pas Monsieur Mélenchon», affirme Darmanin.


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, réélu dans le Nord, a livré son analyse sur les résultats préliminaires. «Personne ne peut dire qu’il a remporté» ces élections, «surtout pas Monsieur Mélenchon», a-t-il affirmé.

20:35

«Je tiens à remercier les électeurs pour le sursaut patriote», déclare Jordan Bardella après les premiers résultats


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

20:32

Scène de liesse place de la République à Paris, à l’annonce des résultats


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Scènes de liesse en direct place de la République, où la manifestation de soutien à Gaza s’est métamorphosée à 20h00 en une manifestation de joie lors de l’annonce de la victoire du NFP.

«Ne vous inquiétez pas, ça va être tranquille ce soir», rassure un badaud passant devant un restaurant dont les gérants observaient avec inquiétude les clameurs venus de la place de la République.

Au pied du monument, scènes de liesse et cris de joie. «On a gagné, on a gagné !», scande la foule. «La jeunesse emmerde le Front national». «Tout le monde déteste Bardella». Les applaudissements fusent. «J’aurais du prendre mon keffieh», regrette une manifestante.

Par nos journalistes sur place Paul Sugy et Mayeul Aldebert

Scène de liesse place de la République à Paris, où la foule est de plus en plus nombreuse.
Paul Sugy/le Figaro

20:30

«Une alliance du déshonneur jette la France dans les bras de l’extrême gauche de Jean-Luc Mélenchon», cingle Jordan Bardella


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

«Je tiens à remercier les électeurs pour le sursaut patriote», déclare Jordan Bardella. «Le Rassemblement national réalise aujourd’hui la percée la plus importante de toute son histoire».

«Malheureusement, les alliances de déshonneur privent ce soir les Français d’une politique de redressement. Ce soir, les accords électoraux jettent la France dans les bras de l’extrême gauche de Jean-Luc Mélenchon», poursuit-il dans sa prise de parole.

«Le Rassemblement national incarne plus que jamais la seule alternance et sera aux côtés du peuple français. Nous ne voulons pas du pouvoir pour le pouvoir mais pour le rendre aux Français», conclut-il.

20:25

Face à une «Assemblée divisée», «il va falloir se comporter en adulte», déclare Glucksmann

«Nous sommes en tête, mais on est dans une assemblée divisée (…) et donc il va falloir se comporter en adulte», a déclaré Raphaël Glucksmann (Place publique), à l’issue du second tour des élections législatives qui placent la gauche en tête des résultats.

«Il va falloir parler, il va falloir discuter, il va falloir dialoguer», a-t-il ajouté. «Le coeur du pouvoir a été transféré à l’Assemblée et (…) c’est un changement de culture politique qui est nécessaire et qui va être fondamental».

20:21

La France plongée «dans un bourbier», après des «alliances contre nature», dénonce Chenu

Emmanuel Macron a plongé la France «dans un bourbier», a déclaré dimanche le vice-président du RN Sébastien Chenu, à l’issue du second tour des élections législatives, dont il a dénoncé les «alliances tout à fait contre-nature» en référence aux nombreux désistements pour faire barrage au Rassemblement national.

«Après des alliances tout à fait contre nature, les macronistes finissent par faire élire le Nouveau Front populaire», a déploré le vice-président du RN sur Cnews. «On est bien dans un monde imaginé par Emmanuel Macron, dans un bourbier dans lequel il plonge la France», a-t-il ajouté.

20:21

Jean-Luc Mélenchon: «Le Nouveau Front populaire est prêt à gouverner»


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

20:20

Macron appelle à la «prudence», les résultats ne répondent pas à la question de «qui pour gouverner», selon son entourage


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Emmanuel Macron appelle à la «prudence» dans l’analyse des résultats des élections législatives pour savoir qui peut être chargé de former un gouvernement et se félicite que le bloc central soit bien «vivant» après sept ans de pouvoir, déclare-t-on dimanche soir dans son entourage.

«Prudence et analyse des résultats : la question est qui pour gouverner désormais et atteindre la majorité», souligne-t-on. «Humilité mais après sept ans, le bloc central est bien vivant», ajoute l’entourage du président de la République.

20:20

«Ce vote a permis d’éviter le pire mais il ne peut être un répit», déclare Olivier Faure


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

«Ce vote a permis d’éviter le pire mais il ne peut être un répit», déclare Olivier Faure. «Il doit y avoir un avant et un après 7 juillet», a poursuivi le représentant du PS. «Nous devons faire en sorte que notre pays se retrouve. Le RN avait même fait le choix de diviser les Français entre eux. Nous devons retrouver un pays sur des bases claires et le NFP doit prendre en main cette nouvelle page de notre histoire.»

«La France méritait mieux qu’une alternative entre néolibéralisme et fascisme comme cela nous est imposé depuis sept ans. Ce vote confère au nouveau Front populaire une responsabilité immense, celle de trouver un chemin pour faire avancer la France et répondre aux besoins des Françaises et des Français, répondre aux défis de la guerre, du changement climatique, des inégalités, faire aussi de la France une voix qui fait avancer l’Europe», a-t-il ajouté depuis le QG du PS. Olivier Faure assure que le PS n’aura qu’une seule boussole : «Celle du programme du Nouveau Front populaire», a conclu Olivier Faure.

Olivier Faure
Caroline Rayner

20:18

«Nous allons gouverner», assure Marine Tondelier

La secrétaire nationale d’Europe Écologie Les Verts et figure phare du Nouveau Front Populaire Marine Tondelier a pris la parole peu après les résultats préliminaires, en même temps que le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon. «La justice sociale, environnementale» et «le peuple» ont «gagné», a-t-elle déclaré. «Nous allons gouverner», a-t-elle également assuré.

Quelques minutes avant elle, Jean-Luc Mélenchon avait appelé le président à «s’incliner et accepter sa défaite». «Le premier ministre doit s’en aller. Le président doit appeler le Nouveau Front populaire à gouverner», a-t-il asséné depuis le QG de la France Insoumise.

20:14

Gérald Darmanin est réélu avec 58,9% des voix

Gérald Darmanin a annoncé dimanche sur X sa réélection dans sa circonscription de Tourcoing (Nord) au second tour des élections législatives anticipées.

«Merci à tous les électeurs qui, après m’avoir placé en tête du premier tour, m’ont massivement réélu pour les représenter à l’Assemblée nationale. Je serai le député de tous les habitants de cette circonscription populaire et travailleuse», a écrit le ministre de l’Intérieur.

20:12

Élections législatives: les réactions des électeurs du NFP à l’annonce des résultats


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

20:11

Élections législatives: «C’est un immense soulagement», assure Jean-Luc Mélenchon après la défaite du RN


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

20:10

Élections législatives: «Le président de la République va être obligé de gouverner avec un premier ministre de gauche», réagit Yves Thréard


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

20:10

Scène de liesse et vive émotion au siège des Insoumis

Une énorme explosion de joie au siège des Insoumis, à la Rotonde, après l’annonce des résultats. Les chants « Front Populaire », « Siamo Tutti Antifascisti », « Mélenchon » s’enchaînent. Des personnes sont en pleurs, beaucoup se sont enlacés, selon notre journaliste sur place.

20:07

«Le président doit s’incliner et accepter sa défaite», assène Jean-Luc Mélenchon


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

«On a arraché un résultat qu’on nous disait impossible», s’est exclamé Jean-Luc Mélenchon juste après les premières estimations des résultats du deuxième tour des législatives. «C’est un immense soulagement pour une grande partie du pays», poursuit-il.

«La volonté du peuple doit être strictement respectée. Aucun arrangement serait acceptable. La défaite du président de la république et de sa coalition est clairement confirmée. Le président doit s’incliner et accepter sa défaite». «Le premier ministre doit s’en aller. Le président doit appeler le Nouveau Front populaire à gouverner», assène-t-il.

La France Insoumise est partie pour représenter la première grande force à l’Assemblée dans la coalition de gauche du Nouveau Front populaire.

20:03

François Hollande est élu avec 43,3%


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

L’ancien président de la république François Hollande est élu dans la 1ère circonscription de Corrèze, selon des résultats quasi-définitifs.

20:00

Déception et visages sombres au QG du Rassemblement national

Au pavillon floral, le RN et ses alliés de LR ont sorti le grand jeu. Petits fours, vin, drapeaux français. Des centaines de journalistes venus du monde entier, très peu de personnalités politiques connues pour le moment. Les sondages varient et sont pris avec des pincettes. En début de soirée, le chiffre de 200 députés dessinait quelques sourires sur les lèvres des militants.

«C’est pas mal, un peu décevant mais beaucoup plus que 2022 quand même» se réjouissait Christian, 22 ans. À 19h55, les estimations plaçaient le parti troisième. C’est très bas. Les visages deviennent sombres. «Je suis très inquiète pour l’avenir de nos concitoyens », peste Mathilde Androuet, eurodeputée, très proche de Jordan Bardella.

Par notre journaliste sur place Madeleine Meteyer

20:00

Résultats du second tour: la gauche vire en tête, le RN troisième


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Il est 20h00, les résultats préliminaires du second tour des élections législatives sont tombés. À la surprise générale, le Nouveau Front populaire arrive en tête en glanant entre 180 et 215 sièges, selon l’institut de sondage Ifop. Le camp présidentiel arrive derrière avec 150 et 180 sièges. Enfin, en troisième position, le Rassemblement national et alliés auraient entre 120 et 150 sièges. Les Républicains et divers droite récolteraient entre 60 et 65 sièges. Les divers gauche 10 sièges. Aucun des trois principaux blocs n’obtient la majorité absolue

Projection en sièges de l’Assemblée nationale.
IFOP / Le Figaro

19:57

Éric Ciotti arrive à sa permanence niçoise

Éric Ciotti vient d’arriver à sa permanence du port de Nice pour suivre la soirée électorale. De nombreux journalistes sont présents ainsi qu’une poignée de militants.

Par notre journaliste sur place Lucas Helin

Éric Ciotti à Nice.
Lucas Helin

19:44

Le RN obtient ses deux premiers députés en outre-mer, à La Réunion et Mayotte

Le Rassemblement national a obtenu dimanche les deux premiers députés ultra-marins de son histoire, à La Réunion et Mayotte, ont indiqué les candidats de ces deux circonscriptions au soir du second tour des élections législatives.

Joseph Rivière (RN) a annoncé sa victoire et son adversaire DVG Alexis Chassalet reconnu sa défaite devant les médias locaux dans la 3e circonscription de La Réunion, où le premier a obtenu un peu plus de 51% des voix selon des résultats provisoires. À Mayotte, «il apparaît très clairement» que Anchya Bamana (RN) «est élue», a déclaré le député sortant LR Mansour Kamardine au micro de la chaîne la 1ère, sans précision sur son score.

19:42

Présence policière soutenue à l’Assemblée nationale

Devant l’Assemblée nationale, où est attendu un rassemblement à 20h à l’appel du collectif Action antifasciste Paris Banlieue, l’ambiance est très calme mais la présence policière soutenue. Des gendarmes mobiles sont positionnés à la sortie du métro, et huit camions de CRS sont postés en file indienne devant l’Assemblée. Pour rappel, le rassemblement a été interdit par la préfecture de police.

Par notre journaliste sur place, Hugues Maillot 

Huit camions de CRS sont postés en file indienne devant l’Assemblée.
MAILLOT Hugues

19:13

Manon Aubry (LFI) demande à Emmanuel Macron «d’être responsable»

Au QG des Insoumis, à la Rotonde (XIXe arrondissement), Manon Aubry appelle le président de la République à être «responsable» après l’annonce des résultats. «Lorsque huit députés du RN ont été élus en 2017, ça avait déjà été un séisme, a-t-elle affirmé à propos d’un éventuel choc quant aux futurs résultats. Mais je suis dégoûtée de voir la situation actuelle.»

Interrogée sur les différents QGs mis en place par les membres du Nouveau Front populaire, l’eurodéputée a botté en touche en expliquant «que chacun avait fait le choix de faire sa propre soirée électorale». «J’espère que le NFP va durer au-delà de ce soir», a-t-elle enchaîné. J’ai dû mal à imaginer qu’on puisse trahir le NFP aussi vite.»

Par notre journaliste sur place Maxime Dubernet de Boscq

Manon Aubry au QG Insoumis dans le 19ème arrondissement.
Maxime Dubernet de Boscq

19:05

À Bordeaux, les forces de l’ordre se préparent à de possibles débordements

À moins de deux heures de l’annonce des premiers résultats, la gendarmerie est déjà en poste à Bordeaux. Une dizaine de camions encadrent la place Pey Berlan où se dressent la cathédrale et l’hôtel de ville.

La préfecture de la Gironde, qui craint des débordements de l’extrême-gauche et de l’ultra gauche locale à Bordeaux a interdit «tous rassemblements vindicatifs non déclarés». Des drones sont autorisés à survoler le centre-ville jusqu’à mardi, 8h00.

Par notre journaliste sur place, Marie-Hélène Hérouart

18:55

56,15% de participation à Marseille à 18h00

Dans la cité phocéenne, la participation à 18h00 s’élève à 56,15% pour ce second tour des législatives, selon la mairie de Marseille. Les bureaux de votes resteront ouverts jusqu’à 20h dans la ville.

18:48

Nicolas Sarkozy et Carla Bruni ont voté dans le 16e arrondissement de Paris


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

L’ancien président de la République Nicolas Sarkozy a voté dans le 16e arrondissement de Paris en fin de journée, en compagnie de son épouse Carla Bruni.

17:45

La majorité d’Emmanuel Macron en passe de devenir «minorité présidentielle»

Habitués à deux reprises à aborder les législatives en position de favoris, les macronistes se préparent pour la première fois à devenir la « minorité présidentielle ». Un véritable basculement dans la jeune histoire du bloc central. Déjà absents d’une centaine de circonscriptions avant le premier tour pour favoriser d’éventuels partenaires, ses représentants ont davantage réduit leur espace dans l’entre-deux-tours, après leur échec dimanche (21 % des voix).

Emmanuel Macron.
MOHAMMED BADRA / POOL / REUTERS

17:32

Jordan Bardella au Figaro : «Aujourd’hui, le vrai front républicain, c’est nous !»

Dans une interview au Figaro parue mardi, le président du RN juge que «le vrai front républicain, c’est nous (le parti lepéniste) !» «C’est la grande différence avec toutes les autres élections. Deux chemins clairs s’offrent à la France. Soit la coalition des patriotes et des républicains que je conduis, qui défend la France, mais qui protège aussi la République face à ceux qui veulent l’abîmer et qui veulent semer le trouble en son sein. Soit l’alliance du pire – celle de l’extrême gauche -, avec l’horizon d’un Jean-Luc Mélenchon premier ministre», a ajouté l’eurodéputé nationaliste.

Jordan Bardella et Marine Le Pen.
Sébastien SORIANO / Le Figaro

17:16

Marine Tondelier «inquiète pour ce soir»

La secrétaire nationale d’Europe Écologie Les Verts s’est dite «extrêmement inquiète pour ce soir», dans une publication sur X, à la suite d’une publication des manifestations prévues par des groupes nationalistes. «Notre solidarité doit être totale avec celles et ceux que ces menaces d’une violence extrême visent, très explicitement».

17:07

La participation finale s’élèverait à 67,5%

La participation finale s’élèverait à 67,5%, selon une estimation IFOP en hausse de 0,8 point par rapport à dimanche dernier, a appris Le Figaro.

17:06

«Pas de prise de parole envisagée à ce stade» d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron rencontrera donc bien à l’Elysée à 18h30 le premier ministre Gabriel Attal et les chefs des partis de la majorité sortante, a appris Le Figaro. Cette réunion interviendra une heure et demie avant l’annonce des résultats du second tour des législatives anticipées. Selon l’entourage du chef de l’Etat, il n’y a en revanche «pas de prise de parole envisagée à ce stade» du président de la République à l’issue du scrutin.

Emmanuel Macron.
Christian Hartmann / REUTERS

17:01

La participation s’élève à 59,71%, un nouveau record depuis 1981


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

La participation à 17h s’élève à 59,71%, selon des chiffres communiqués par le ministère de l’Intérieur, en hausse par rapport au premier tour. Elle s’élevait à 59,39% le 30 juin dernier et à 39,42% en 2022.

Participation à 17h.
Le Figaro.

16:49

Les 45 circonscriptions à surveiller ce soir

Ministres candidats, dissidents, batailles à suivre… Le Figaro a sélectionné les circonscriptions à scruter de près ce dimanche soir, à l’occasion du second tour des élections législatives anticipées.

16:45

De quel bloc vous sentez-vous le plus proche ? Les programmes passés au crible

Pouvoir d’achat, salaires, immigration, retraites, éducation… Après un premier tour marqué par la domination du Rassemblement national (RN) et de ses alliés, par la puissance du Nouveau Front populaire et par l’affaissement du camp Macron, la rédaction du Figaro a analysé les principales mesures proposées.

Lire notre article | De quel bloc êtes-vous le plus proche ? Pouvoir d’achat, immigration, retraites, école, santé… Les programmes passés au crible

16:31

«Il n’y a pas de ligne claire»: jusqu’au second tour, le camp Macron s’est déchiré sur l’attitude à adopter face au RN

Le couple exécutif a tenté de réactiver cette semaine «front républicain» contre le RN en vue du second tour des législatives, ce qui n’a pas fait l’unanimité au sein du camp présidentiel, certains voulant y intégrer la lutte contre LFI. « Il n’y a pas de ligne claire », a constaté un participant à une réunion stratégique convoquée lundi par le chef de l’État. D’autant que les alliés François Bayrou (MoDem) et Édouard Philippe (Horizons) ont fait valoir leur position : le premier a défendu le «cas par cas», le second une ligne «ni RN, ni LFI». Dans l’entourage d’Emmanuel Macron, on juge infréquentable uniquement quelques candidats Insoumis soupçonnés de compromissions avec «l’antisémitisme, le communautarisme et l’antiparlementarisme ».

Emmanuel Macron au Touquet.
MOHAMMED BADRA / POOL / REUTERS

16:21

Gérald Darmanin a voté à Tourcoing

Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, en polo et tout sourire, a voté à Tourcoing, ville dont il a été maire durant de longues années. Il a émis le souhait de ne pas être ministre de nouveau.

16:06

Quelles sont les figures de l’Assemblée qui pourraient être battues dimanche ?

Plusieurs figures de l’Assemblée sont probablement passées par de nombreuses émotions à l’issue du premier tour, entre le soulagement de se voir qualifiés pour le second et l’inquiétude d’y être balayés par une vague de «dégagisme» inédite. Malgré les désistements, elles ne sont pas assurées de conserver leur siège ce dimanche.

15:56

Jordan Bardella et Marine Le Pen à la recherche de la majorité absolue

Après avoir porté leur parti à 33,15 % des suffrages au premier tour des législatives dimanche, en comptant les voix des candidats d’Éric Ciotti, président contesté des républicains (LR), les deux figures du RN cherchent la stratégie qui leur permettra d’obtenir la majorité absolue au second tour. Et l’arrivée de Jordan Bardella à Matignon qu’ils désirent tant. Pour ce faire, ils guettent les signes qui pourraient prouver que cet objectif est atteignable, malgré un score plus bas qu’annoncé dans les sondages.

Marine Le Pen et Jordan Bardella.
Benoit Tessier / REUTERS

15:50

Éric Woerth a voté à Chantilly

Éric Woerth, ancien ministre du Budget et édile de Chantilly, a voté à la salle du Bouteiller à Chantilly. Il se représente à la députation à la Chambre pour la 4ème circonscription de l’Oise, mais il est en difficulté face à une hausse spectaculaire du Rassemblement national dans cette terre historiquement rétive.

Gabriel Attal et Éric Woerth à Senlis.
Benoit Tessier / REUTERS

15:45

Les chefs de la majorité se réuniront à 18h30 à l’Élysée


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Emmanuel Macron recevra Gabriel Attal, le premier ministre, et les chefs de partis de la majorité sortante à l’Élysée à 18h30, a appris Le Figaro.

15:26

Les Champs-Élysées se barricadent


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Plusieurs boutiques des Champs-Élysées se barricadent et installent des planches de bois devant leurs vitrines. Ils craignent de possibles manifestations ce soir qui pourraient dégénerer.

La Société générale sur les Champs-Élysées.
Guglielmo Mangiapane / REUTERS

Une boutique se barricade.
Guglielmo Mangiapane / REUTERS

Une boutique se barricade.
Guglielmo Mangiapane / REUTERS

15:23

La présidente de la région Occitanie, Carole Delga, a voté

La présidente de la région Occitanie, porteuse d’une ligne différente à gauche – sans compromissions avec l’extrême-gauche – a voté.

15:01

Tiraillés, Les Républicains se voient en force pivot à l’Assemblée

Les Républicains abordent le second tour des législatives dans une atmosphère plombée par la violence de leurs déchirures internes, mais consolés par l’hypothèse du rôle pivot que pourrait avoir la droite au sein de la nouvelle Assemblée nationale. Le parti de droite craint de perdre des plumes dimanche parmi ses 62 députés sortants tandis que, alors qu’il ne reste 76 « purs LR » engagés dans la bataille.

Laurent Wauquiez.
DIMITAR DILKOFF / AFP

14:32

L’ambassadeur en Ukraine vote à Kiev

L’ambassadeur français en Ukraine Gaël Veyssiere a voté à Kiev et a exprimé sa «grande satisfaction de pouvoir remplir [son] devoir civique grâce à la mobilisation des agents de l’ambassade et des volontaires qui font vivre ici aussi notre démocratie».

14:25

Yaël Braun-Pivet a voté au Vésinet

La présidente sortante de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, a voté au Vésinet, en banlieue parisienne. Elle est candidate à la chambre dans les Yvelines, et est arrivée en tête au premier tour.

14:23

Impôt sur le revenu, héritage : quelles sont les mesures fiscales prévues par le Nouveau Front populaire ?

Une partie du volet «recettes» du programme de l’union de la gauche va-t-elle être mise à mal par un point de droit ? À l’approche du second tour des élections législatives, certaines pistes fiscales formulées dans le «contrat de législature» du Nouveau Front populaire font l’objet de critiques d’experts, qui s’inquiètent de leurs conséquences économiques et interrogent leur faisabilité même. Des questions loin d’être anodines, alors que ces mesures pèsent plusieurs milliards d’euros.

Pour rappel, le Nouveau Front populaire avance notamment deux idées emblématiques. D’abord, «accroître la progressivité de l’impôt sur le revenu à 14 tranches», un projet dont les contours sont encore indéfinis, mais qui rappelle le programme de Jean-Luc Mélenchon : en 2022, le tribun de gauche proposait déjà d’augmenter le nombre de tranches d’IR, avec un barème allant de 1% pour la fraction de 0 à 10.292 euros à 90% pour la fraction supérieure à 411.683 euros. Des bornes qui pourraient changer, cette fois-ci, indiquait dans nos colonnes l’équipe de campagne de La France insoumise, précisant que «les taux exacts et les seuils de chaque tranche seront déterminés en concertation avec les partenaires sociaux et les experts fiscaux pour garantir l’efficacité et la justice de cette réforme». Ce nouveau barème, associé à une progressivité de la CSG, doivent rapporter 5,5 milliards d’euros de recette supplémentaires, selon le Nouveau Front populaire.

Une affiche du Nouveau Front populaire.
Sarah Meyssonnier / REUTERS

14:16

Laurent Wauquiez a voté au Puy-en-Velay

L’ancien président des Républicains, et actuel dirigeant de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a voté au Puy-en-Velay. Laurent Wauquiez se présente à la députation dans la première circonscription de Haute-Loire, où il est arrivé en tête au premier tour.

14:14

Le vidéaste TiboInShape a voté

Le vidéaste le plus visionné de France, TiboInShape a voté.

14:12

Les électeurs toujours présents en Normandie

À la mi-journée, le taux de participation était en nette hausse dans les cinq départements normands.

Dans le Calvados, 25,39 % d’électeurs se sont rendus dans leur bureau de vote ce dimanche à midi. Au premier tour, le taux de participation était de 28,06 % à la même heure.

Dans la Manche, 28,04 % d’électeurs se sont rendus dans leur bureau de vote ce dimanche avant 12 h, contre 26,8 % il y a une semaine à la même heure.

Dans l’Orne, le taux a également progressé à 30,84%, contre 30,15 % au premier tour à 12 h.

En Seine-Maritime, le taux de participation était estimé à 26,47% des inscrits, contre 26,62% à midi dimanche 30 juin. Il était à 17,3% en 2022 à la même heure.

Enfin dans l’Eure, le taux de participation à midi est estimé à 27,88 %, en légère hausse par rapport à la semaine dernière à la même heure.
Au premier tour dimanche dernier, le taux de participation à midi était de 26,46%. Il était de 16,40% en 2022.

13:56

Dans l’Eure, le Rassemblement national en bonne place

En 2022, la 4ème circonscription de l’Eure – qui comprend Gaillon, Louviers, Val-de-Reuil… – était la seule restée aux mains de la gauche. Ce dimanche, elle pourrait basculer. Le RN a obtenu 42%. Le NFP, 34%. A l’entrée du gymnase Anatole France de Louviers, l’affiche de Philippe Brun, le député sortant, un socialiste de 32 ans, côtoie celle de Patrice Pauper, le candidat RN, un avocat de l’Essonne. «Un parachuté», convient Edwige 46 ans, correspondante commerciale. Avec son compagnon, Fabrice, logisticien «désabusé» en survêtement noir, ils ne l’ont jamais vu mais vont voter pour lui parce que c’est le RN. «Comme on entend à la télé, les gens en ont marre», dit Edwige. Pour elle, ce sera une première. Elle aime bien le programme du parti. Quelle mesure en particulier ? «Je ne sais pas trop. C’est l’ensemble qui est bien.» 
Dans ce bureau de vote, très peu de gens viennent à pieds, les voitures entrent, s’arrêtent cinq minutes, repartent.

Le gymnase Anatole France de Louviers.
Madeleine Meteyer/ Le Figaro

A midi, 427 inscrits sur 1268 avaient voté, soit 33% de participation. «Ce n’est pas fou », estime la présidente du bureau. Parmi les électeurs, Antoine, 61 ans, enseignant en bâtiment génie civil au lycée pro à Évreux. Le motard a voté Philippe Brun. «Ce n’est pas qu’une question de droite et de gauche. On a un candidat inscrit dans le tissu local, et puis un autre parachuté dont on ne sait ni les antécédents ni les volontés politiques.» La moto d’Antoine démarre quand Elodie arrive. Elle est mère au foyer, tient Mila, sa fille de 4 ans, par la main. A-t-elle fait facilement son choix ? «Oh oui.» Elle s’apprête à voter RN car «maman celibataire», elle estime qu’il est temps «de faire du tri en France» pour que les gens comme elle «avec un nom français» «aient aussi droit aux logements sociaux». On lui apprend que Philippe Brun planchait sur une loi pour les familles monoparentales avant la dissolution. Elle ne le savait pas, mais ça ne change rien. «On en a assez.»

Élodie et Mila.
Madeleine Meteyer/ Le Figaro

De notre envoyée spéciale Madeleine Meteyer

13:51

Les Alsaciens très mobilisés au second tour

Dans le Haut-Rhin, le taux de participation s’élève à 29,19% à midi. Un chiffre en progression par rapport au premier tour du dimanche 30 juin (27,96%) à la même heure. Lors des élections législatives de 2022, 19,80% des électeurs du Haut-Rhin s’étaient déplacés à la mi-journée.

Dans le Bas-Rhin, ce taux est de 26,25% à midi. Au premier tour, il était de 23,75% à cette même heure. Lors des élections législatives de 2022, 19,39% des électeurs du Bas-Rhin s’étaient déplacés à la mi-journée.

13:31

Quel taux de mobilisation dans le Var ?

Dans le Var, le taux de participation au second tour des élections législatives est de 27,97 %, indique la préfecture dans un communiqué. Il y a une semaine ce taux était de 28,49%

En 2022, le taux de participation aux élections législatives pour le second tour à la même heure était de 21,47 %.

13:27

Les habitants des Alpes du Sud se sont-ils mobilisés?

Dans les Hautes-Alpes, le taux de participation s’élève à 32,19% à midi. Un chiffre stable par rapport au premier tour du dimanche 30 juin, où 32,68% des électeurs s’étaient déplacés à la même heure.

À la même heure lors du second tour des élections législatives de 2022, 26,69% des électeurs du département s’étaient rendus aux urnes.

Dans les Alpes-de-Haute-Provence, le taux de participation s’élève à 28,59% à midi. Un chiffre stable par rapport au premier tour du dimanche 30 juin (28,97%) à la même heure. En 2022, ils étaient 25,36% à la mi-journée dans le département.

13:21

Légère hausse de la participation dans le Nord-Pas-de Calais à midi

À midi, dans le Nord, le taux de participation communiqué par la préfecture est en hausse par rapport à dimanche dernier. Il s’élève à 24,03 %. Pour mémoire, il était de 22,72% la semaine dernière à la même heure et de 18,8% le 9 juin 2024 lors des élections européennes.

Dans le Pas-de-Calais, le niveau de participation à la mi-journée est relativement constant avec 27,06 %, contre 27,61% le 30 juin à midi et 22,10% aux européennes.

À titre de comparaison, lors des précédentes élections législatives en 2022, la participation du second tour s’élevait à midi à 13,63% dans le Nord et 18,95% dans le Pas-de-Calais.

Sur 33 au départ, il reste 21 sièges à pourvoir.

13:14

Quel taux de participation à midi à Lyon ?

La participation est quasi stable à midi à Lyon avec un taux a 29,78 % contre 29,89 % lors du premier tour dimanche dernier. Elle était de 20,89 % lors du 1er tour des législatives en 2022 et de 22,77% au second tour.

13:05

Nouvelle-Calédonie : victoire de l’indépendantiste Emmanuel Tjibaou et d’un loyaliste


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Emmanuel Tjibaou réussi son entrée en politique. Le fils de Jean-Marie Tjibaou qui ne s’était jamais présenté à une élection, devance dans la 2e circonscription largement (57%) l candidat du Rassemblement et des Loyalistes, Alcide Ponga. 

Emmanuel Tjibaou devient le premier député indépendantiste de Nouvelle-Calédonie depuis 1986. Une fois les résultats annoncés, le nouveau député s’est dit «impressionné par la mobilisation» mais aussi «par la situation dans laquelle notre pays est plongé aujourd’hui». Et de lancer : «C’est un appel à l’aide, c’est un cri d’espoir.»

Dans la 1re circonscription, Nicolas Metzdorf (loyaliste, divers droite) remporte l’élection, avec 52,41 % des voix, face à l’indépendantiste Omayra Naisseline. Il avait déjà été élu en 2022, mais dans la 2e circonscription. Déjà en tête dimanche dernier, le président de Générations NC était soutenu par les Loyalistes et le Rassemblement.

13:01

Emmanuel Macron s’adressera «peut-être» aux Français ce soir


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Sollicité quant à une éventuelle prise de parole du chef de l’État après 20H00, son entourage a indiqué à l’AFP que «rien n’était décidé» pour le moment, «tout dépendra des résultats».

12:49

Emmanuel et Brigitte Macron ont voté au Touquet

Le président de la République est arrivé vers 12h30 devant son bureau de vote au Touquet. Il était accompagné de sa femme Brigitte. Fidèle à son habitude, le chef de l’État a pris le temps d’aller saluer des riverains. 

Le président de la République rejoindra l’Élysée en fin d’après midi.

Le chef de l’État et sa femme, Brigitte Macron, au bureau de vote du Touquet, dans le nord de la France, le 7 juillet 2024, pour le second tour des élections législatives françaises.
LUDOVIC MARIN / AFP

12:43

Forte mobilisation en Gironde par rapport à 2022

Selon les résultats communiqués par le préfet de la Gironde, le taux de participation à midi était de 24,76%. Il était de 15,67% au second tour des législatives de 2022 et de 16,52 % en 2017 à la même heure.

12:25

La participation dépasse les 34,5% à midi en dans les Bouches-du Rhône

La participation à la mi-journée dépasse même les 30% dans 23 départements, à commencer par les Bouches-du-Rhône (34,59%) où le Rassemblement national est arrivé en tête dans les 13 circonscriptions restant à attribuer.

Le podium est complété par la Corrèze (33,88%), où l’ex-président François Hollande est en lice dans une triangulaire, et le Cantal (33,48%) où deux duels opposent la droite et l’extrême droite.

En bas du classement, les huit départements d’Ile-de-France affichent les taux de participation les plus faibles, entre 22,03% pour Paris et 12,77% pour la Seine-Saint-Denis. La plupart des électeurs franciliens ont cependant jusqu’à 20H00 pour se rendre dans leurs bureaux de vote.

12:18

Polynésie française : les autonomistes gagnent du terrain

Dans le vaste territoire du Pacifique, les législatives ont opposé les autonomistes aux indépendantistes, candidats sortants dans les trois circonscriptions.

Dans la 3e circonscription de la Polynésie française, l’indépendantiste Merena Reid Arbelot a sauvé son siège d’une courte tête (50,87%) face à l’épouse de l’ancien président Gaston Flosse, Pascale Haiti-Flosse.

Le candidat autonomiste Nicole Sanquer remporte la 2e circonscription (55,88%) au détriment du sortant Steve Chailloux. Dans la 1ère, l’autonomiste de centre-droit Moerani Frébault a été élu dès le premier tour avec 54% des voix, devant le député sortant indépendantiste Tematai Le Gayic (35%).

La Polynésie française.
Philipp / stock.adobe.com

12:16

Quelle assemblée ? Quel gouvernement ? Les multiples scénarios de l’après-second-tour des législatives

Après un premier tour dominé par le RN et ses alliés, la semaine a été marquée par plus 200 désistements de candidats de gauche et du camp macroniste. Objectif : «faire front» pour éviter les nombreuses triangulaires qui favoriseraient l’élection des députés du parti mariniste. Malgré ce «barrage», tous les scénarios restent envisageables, d’une hypothétique majorité de gauche à la confirmation de la vague RN, en passant par l’option d’une coalition centrale anti-RN.

12:00

La participation s’élève à 26,63%, un record depuis 1981


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

26,63% des Français ont voté pour les candidats au second tour des législatives à midi, selon des chiffres du ministère de l’Intérieur. Une participation en hausse, la plus haute depuis 1981. Elle s’élevait à 25,90% dimanche dernier, et à 18,43% en 2022.

Le taux de participation est le plus important depuis 1981.
Le Figaro.

11:45

Voici les candidats au second tour dans votre circonscription

Dimanche, le Rassemblement national (RN) et ses alliés sont arrivés en tête au premier tour des législatives dans 297 circonscriptions sur 577, contre 110 en 2022 et 20 en 2017.

Le Nouveau Front populaire et ses partenaires ont obtenu 191 premières places, un nombre quasiment stable à celui de 2022 (194).

Le bloc macroniste est passé à 65 «pole positions» au premier tour, contre 204 il y a deux ans et 551 il y a sept ans.

Après l’élection de 76 députés dès le premier tour, puis le retrait de plus de 200 candidats avant le second, dans la plupart des cas pour faire «barrage» au RN, il reste :

  • 409 duels
  • 89 triangulaires
  • 2 quadrangulaires
  • un candidat seul en lice (en Guyane, après le retrait de son unique concurrente)

Explorer notre moteur de recherche | La liste des candidats au second tour dans votre ville

11:39

Édouard Philippe obligé d’accélérer pour se sauver

L’ancien premier ministre le redoutait. Avec la dissolution surprise de l’Assemblée nationale, il a jugé qu’Emmanuel Macron « a tué la majorité présidentielle ». De cette possible nouvelle défaite, Édouard Philippe risque de perdre de nombreux députés parmi ses 29 élus sortants, même s’il conserve l’espoir d’en obtenir au moins quinze pour garder un groupe parlementaire. Et de compenser une partie par le nombre de voix recueillies une partie des subventions publiques annuelles que son parti Horizons a touché entre 2022 et 2024.

Édouard Philippe.
Stephanie Lecocq / REUTERS

11:27

François Hollande vote à Tulle

L’ancien président de la République, François Hollande, a voté à Tulle où il se présente à la députation à la Chambre sous l’étiquette du Nouveau Front populaire.

11:19

L’inquiétude des commerçants qui redoutent des violences ce soir, après le second tour des législatives

«Il n’y a pas eu d’incidents dimanche dernier, mais il y a plus de craintes pour ce dimanche.» Dans la boutique Bershka de la rue de Rivoli, dans le 1er arrondissement de Paris, les grands panneaux noirs installés pour protéger les vitrines n’ont pas tous été retirés depuis leur installation le week-end dernier, avant le premier tour des législatives. La préfecture de police de Paris a prévenu les commerces qu’il y avait un risque réel de débordements et de violences dimanche soir, une fois les résultats du second tour des élections dévoilés. «On nous a dit qu’il était fort possible qu’il y ait des échauffourées», rapporte un vigile à l’entrée du magasin de prêt-à-porter.

«Consigne a été donnée à tous les magasins vitrés de la rue de préparer des barricades», confirme une vendeuse de la boutique JD Sports, située quelques mètres plus loin. Juste à côté, le magasin Pull&Bear, qui s’était déjà protégé le week-end passé, va également réinstaller l’ensemble de ses panneaux de protection samedi, à la veille des élections. «On va aussi nous faire finir le travail une heure plus tôt dimanche pour que tout le monde termine à 19h30», fait savoir une vendeuse, soit avant 20h et le dévoilement des résultats tant attendus.

11:12

Élisabeth Borne a voté à Vire

Dans la 6ème circonscription du Calvados, Élisabeth Borne est en ballotage défavorable, derrière le candidat du Rassemblement national. Dimanche dernier, elle est arrivée près de 8 points derrière Nicolas Calbrix (28,93% contre 36,26%) et elle a reculé de 5 points par rapport à son score de 2022. Noé Gauchard du Nouveau front populaire s’est désisté pour faire barrage à l’extrême-droite.

11:10

Bruno Le Maire a voté

Le ministre de l’économie Bruno Le Maire a voté. Contrairement à de nombreux collègues, il n’est pas candidat aux législatives anticipées.

10:55

À Trieste, le pape fustige la «culture du rejet» et les «tentations populistes»


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Le pape François a mis en garde dimanche contre la «culture du rejet» et les «tentations idéologiques et populistes» en s’inquiétant de «la crise de la démocratie» à l’occasion d’une visite à Trieste, dans le nord-est de l’Italie. «La démocratie n’est pas en bonne santé dans le monde d’aujourd’hui», a déploré le pape lors d’un discours devant un millier de personnes réunies au Centre des congrès pour la clôture des 50es Semaines sociales organisées par l’Église catholique italienne.

Le pape François à Trieste en Italie.
Alessandro Garofalo / REUTERS

Sans jamais citer aucun pays, François a mis en garde contre les «tentations idéologiques et populistes», le jour même où la France vote pour le second tour de législatives historiques dont le Rassemblement national pourrait sortir vainqueur. «Les idéologies sont séduisantes. Certaines personnes les comparent à celui qui jouait de la flûte à Hamelin. Elles séduisent mais t’amènent à te renier», a-t-il souligné en référence au conte allemand.

10:53

La préfecture de police de Paris a interdit une manifestation d’«antifas» ce soir

La préfecture de police à interdit une manifestation du collectif «action antifasciste Paris-Banlieue» prévue dimanche devant l’Assemblée nationale à la clôture du second tour des législatives. Ce collectif a appelé dans un post sur X à un rassemblement «dimanche à 20 heures devant l’Assemblée nationale quelle que soit l’issue» du scrutin. «Aujourd’hui plus que jamais, faisons bloc par tous les moyens contre l’extrême droite et ses alliés», a-t-il fait valoir.

Les services de renseignement considèrent, selon une source policière, qu’il existe «de réels risques de troubles à l’ordre public après le second tour avec à la fois des rassemblements qui pourraient donner lieu à des incidents mais aussi des risques d’affrontements entre des groupes antagonistes».

10:44

30.000 policiers et gendarmes sont mobilisés pour le second tour

Encore inconnu, le résultat du second tour des élections législatives provoque déjà de vives inquiétudes à Beauvau. Face au risque de troubles en marge de la soirée électorale dimanche, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé la mobilisation de 30.000 policiers et gendarmes, dont 5000 à Paris et sa banlieue. Un «très gros dispositif» qui doit empêcher «que l’ultragauche ou l’ultradroite ne profitent […] de ces résultats pour créer un désordre».

Le ministre de l’Intérieur s’est par ailleurs ému sur France 2 de l’agression de la porte-parole du gouvernement Prisca Thévenot mercredi soir à Meudon alors qu’elle collait des affiches. «Il se passe quelque chose qui confine à la libération de la violence», a-t-il déploré.

Des forces de l’ordre patrouillent sur des Champs-Élysées barricadés.
Fabrizio Bensch / REUTERS

10:43

Louis Aliot a voté à Perpignan

Le maire de Perpignan (Pyrénées-Orientales) et candidat battu à la tête du Rassemblement national, Louis Aliot, a voté aux alentours de 9h ce matin.

10:41

Éric Ciotti a voté à Nice

Le président des Républicains, titre qui lui est contesté par la plupart des barons de son parti, a voté à Nice. Il se présente dans sa circonscription de Nice, soutenu par le Rassemblement national avec lequel il a conclu une alliance.

10:39

Marion Maréchal a voté à Paris

L’ancienne tête de liste Reconquête!, exclue de son parti pour avoir recherché une alliance avec Jordan Bardella, Marion Maréchal, a voté à Paris.

10:22

Martinique: le NFP remporte la mise, avec une surprise

Le député sortant Jean-Philippe Nilor (Nouveau Front populaire) a écrasé (86,58%) le duel qui l’opposait à un adversaire RN. Déjà largement en tête au 1er tour, il lui manquait toutefois d’avoir franchi la barre des 25% des inscrits pour se qualifier d’emblée.

Dans les 1ère et 2e circonscriptions, les sortants Jiovanny William (81,97%) et Marcellin Nadeau (65,68%), sont arrivés confortablement en tête sous la bannière du NFP.

La candidate socialiste Béatrice Bellay a créé la surprise dans la 3e circonscription en l’emportant (54,53%) contre le sortant Johnny Hajjar, arrivé en tête au 1er tour pour le NFP, dont se revendique également la première secrétaire du PS de Martinique. Certains résultats ne sont pas encore connus, notamment en Nouvelle-Calédonie, à La Réunion et à Mayotte, où l’on vote ce dimanche.

10:21

Guyane: carton plein à gauche

Les deux députés sortants de Guyane, soutenus par le Nouveau Front populaire, ont été réélus. Le régionaliste Jean-Victor Castor l’a emporté dans la 1ère circonscription avec le score confortable de 76,11% des suffrages exprimés face à un candidat sans étiquette, Boris Chong-Sit.

Dans la seconde circonscription, le président sortant de la délégation aux outre-mer à l’Assemblée nationale Davy Rimane a été réélu alors qu’il était seul en lice après le désistement de la candidate sans étiquette arrivée en deuxième position, Sophie Charles. La participation définitive est de 24,98%.

10:21

Déconvenue pour le RN en Guadeloupe

Les députés sortants ont été reconduits dans les quatre circonscriptions guadeloupéennes, face notamment aux deux candidats du Rassemblement national, qui avaient réalisé une percée en se qualifiant pour le second tour.

Respectivement battus par les deux sortants DVG Christian Baptiste (72,38%) et Max Mathiasin (69,15%), Laurent Petit (RN) enregistre 27,62% des voix et Rody Tolassy, tête d’affiche locale du RN, 30,85%. Il s’agit d’un recul pour ce dernier, élu au Parlement européen le 9 juin et qui, aux législatives de 2022, avait frôlé l’élection en réunissant près de 48% des suffrages au second tour.

Le député LIOT sortant Olivier Serva, candidat divers gauche, l’a emporté avec 77,59% des voix et Elie Califer (PS) avec 71,09%. Le taux de participation est de 34,67%, en forte hausse par rapport à 2022 (28%).

09:58

Gabriel Attal a voté à Vanves


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

Le premier ministre, Gabriel Attal, a voté à Vanves dans les Hauts-de-Seine.

Gabriel Attal.
ALAIN JOCARD / REUTERS

09:56

Pour Le Pen et Bardella, le spectre d’un nouveau plafond de verre

Dimanche, au soir du second tour des élections législatives, combien de candidats RN seront élus députés ? Quel que soit le résultat, Marine Le Pen, Jordan Bardella, leurs lieutenants et leur parti vont entrer dans une nouvelle ère. S’ils obtiennent une majorité absolue de siège, soit 289 ou plus, ce sera pour le mouvement nationaliste et populiste une victoire historique et une secousse sismique aux conséquences imprévisibles. S’il échoue, le RN pourrait être le mouvement qui a fait élire le plus grand nombre de députés, par rapport à la gauche et à la coalition présidentielle.

Marine Le Pen et Jordan Bardella.
Gonzalo Fuentes / REUTERS

09:20

Raphaël Glucksmann au Figaro : «Le chaos, c’est la victoire du RN, pas l’absence de majorité à l’Assemblée»

Dans une interview au Figaro, l’eurodéputé PS-Place Publique Raphaël Glucksmann a affirmé cette semaine qu’«aucun autre parti ni aucune coalition ne peut obtenir de majorité absolue dimanche à part le RN.» «Prétendre l’inverse peut permettre de mobiliser sa base militante, certes, mais c’est contrevenir à la vérité. (…) La question qui se pose à chacun d’ici au second tour est basique : voulons-nous, oui ou non, que la famille Le Pen dirige notre pays ?», a-t-il demandé.

Raphaël Glucksmann
Benoit Tessier / REUTERS

08:56

La carte des candidats arrivés en tête au premier tour

Le Rassemblement national est en première position dans 297 circonscriptions, le Nouveau Front populaire dans 155 et la majorité présidentielle sortante dans à peine 62… Découvrez la carte des candidats arrivés en tête, circonscription par circonscription.

08:51

Édouard Philippe a voté au Havre

L’ancien premier ministre et maire du Havre (Seine-Maritime) Édouard Philippe a voté ce dimanche. Il avait annoncé qu’il ferait barrage au RN et voterait pour le «candidat communiste», Jean-Paul Lecoq.

08:39

Qu’est-ce que la cohabitation politique ?


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>

En fonction des résultats, le scrutin pourrait aboutir à la quatrième cohabitation politique de la Vème République. Le Figaro vous explique en deux minutes ce qu’est la cohabitation.

08:34

Alexis Corbière a voté à Bagnolet

08:24

Soutenu par Macron, François Ruffin défie Mélenchon

Ces derniers jours ont marqué la fin d’une histoire entre deux hommes qui ne se sont jamais vraiment compris. Ou plutôt, qui n’ont jamais voulu s’entendre. En actant qu’il ne siégerait plus dans le groupe Insoumis à l’Assemblée en cas de réélection, François Ruffin a confirmé son divorce pour de bon avec Jean-Luc Mélenchon. « Mes désaccords avec lui sont connus. Ils sont profonds sur la démocratie, sur “le bruit et la fureur” plutôt que la force tranquille », a-t-il expliqué sur RTL.

08:01

Les bureaux de vote ouvrent pour le second tour

Les bureaux de vote ont ouvert dimanche à 08h00 en métropole pour le second tour des élections législatives, un scrutin historique dont le Rassemblement national pourrait sortir vainqueur, avec une grande incertitude toutefois sur sa capacité à obtenir la majorité absolue à l’Assemblée et à pouvoir former un gouvernement.

Les Français peuvent voter jusqu’à 18h00 ou 20h00 dans les grandes villes, heure à laquelle se dessineront les premiers résultats. La mobilisation des électeurs s’annonce toujours forte avec une participation attendue au même niveau qu’au premier tour où elle avait atteint 66,7%, du jamais-vu depuis la précédente dissolution en 1997.

Les bureaux de vote ont ouvert.
Yara Nardi / REUTERS

07:49

Violences attendues à l’issue d’une campagne sous tension

« On s’attend, notait jeudi une source policière, à un scénario comme celui du premier tour mais un cran au-dessus. » Le ton est donné pour la soirée électorale version violences de rue. Jeudi, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé la mobilisation de 30.000 policiers et gendarmes sur le territoire national, dont 5000 dans le ressort de la Préfecture de police, à Paris et en banlieue.

Dans la perspective d’un succès, qu’il soit relatif ou absolu, du Rassemblement national, l’ultragauche préoccupe les services spécialisés. Avec des émeutiers « plus nombreux et plus excités ». Et le risque d’affrontements entre ultras des deux bords se vengeant de leur défaite ou célébrant leur victoire.

Au soir du premier tour, on a observé des violences dans 37 villes françaises. Selon un expert, ce chiffre devrait augmenter et pourrait atteindre la centaine. Les casseurs, pour partie seulement, ont accepté de retenir leurs coups à la demande des organisations d’extrême gauche et pour ne pas handicaper leur camp. Mais ses limites ne vaudront plus le 7 juillet.

Retrouvez l’intégralité de notre article : Législatives : violences attendues à l’issue d’une campagne sous tension

07:48

Une campagne marquée par des agressions physiques

Gérald Darmanin révélait vendredi que la campagne avait été marquée par des agressions physiques « parfois extrêmement graves » contre 51 candidats, suppléants ou militants, sans même parler des agressions verbales. Et l’interpellation d’une trentaine de suspects.

La porte-parole du Gouvernement, Prisca Thévenot, a été agressée.
Benoit Tessier / REUTERS

07:33

Avant le verdict du second tour, Éric Ciotti joue son va-tout en bousculant la droite

Pour certains, Éric Ciotti a déshonoré Les Républicains en osant une alliance avec le RN. Pour d’autres , il aura ouvert le chemin d’une «clarification » vers l’union des droites. En attendant le verdict du second tour, le député sortant des Alpes-Maritimes s’applique à poursuivre à déstabiliser les ténors LR lancés contre lui, user des prérogatives de sa présidence et cultiver son image d’élu prêt à tendre la main.

Éric Ciotti et son allié, Jordan Bardella.
Christian Hartmann / REUTERS

07:17

Les participations en outre-mer et en Amérique

Le «front républicain» formé pour contrer le Rassemblement national fonctionnera-t-il ? Les Français ont commencé samedi à donner leur réponse, dans les outre-mer et en Amérique, pour un week-end d’élections législatives aux enjeux historiques.

A Saint-Pierre-et-Miquelon, où les électeurs ont voté les premiers, comme en Guadeloupe et en Martinique, la participation à la mi-journée était stable par rapport au premier tour et plus élevée qu’au même moment aux législatives de 2022. «Je n’ai pas voté en 2022» mais «cette fois-ci, l’enjeu est gros quand même», a affirmé à l’AFP, Nina, salariée dans les ressources humaines de 31 ans, qui votait dans la commune du Lamentin, dans la 3e circonscription de Guadeloupe.

La Guyane fait exception avec 10,8% de participation à midi, contre 16,1% au premier tour et 13,14% en 2022. Ce désintérêt s’explique par les «faibles enjeux», du scrutin qui s’est joué dès le premier tour selon Louis, un électeur de 39 ans, les deux députés sortants étant arrivés largement en tête.

En Polynésie, la participation, faible comme lors des précédentes législatives, s’élevait à 18,9% à midi. «J’attends une baisse des prix, c’est pour ça que je vote, pour remplir le caddie», a expliqué à l’AFP Ferdinand Mairoto, un électeur tahitien de 54 ans. Les Français vivant sur le continent américain et en Nouvelle-Calédonie ont eux aussi commencé à voter. Ceux de métropole et des autres territoires d’outre-mer voteront dimanche.

07:13

Marine Le Pen a jugé «sérieuse» les chances du RN d’avoir une majorité absolue à l’Assemblée

Marine Le Pen a elle jugé «sérieuses» vendredi les chances du RN «d’avoir une majorité absolue à l’Assemblée», estimant que les projections en sièges «ne sont pas une science exacte». Si tel n’était pas le cas, s’ouvrirait après des élections éprouvantes pour les partis et le pays une période d’incertitude et d’intenses tractations. Le RN en situation de majorité relative parviendrait-il à rallier les voix lui manquant pour constituer une majorité absolue ? Les autres partis réussiraient-ils à constituer une majorité alternative, comme l’ont appelé de leurs vœux plusieurs ténors de la majorité ?

L’Assemblée nationale vue depuis la Concorde.
BERTRAND GUAY / AFP

«Dans cette forme de nouvelle donne, chacun sera quelque part au pied du mur pour avancer au service de nos concitoyens» au-delà des «clivages», a affirmé le premier ministre Gabriel Attal, en écartant la possibilité de gouverner avec le RN ou LFI, qui ne le souhaitent de toute façon pas. La droite ne semble pour l’instant guère encline à entrer dans une construction de ce type. «Demain pour moi il est hors de question de faire quelque coalition que ce soit avec qui que ce soit», a déclaré mercredi à l’AFP l’ancien président du groupe LR à l’Assemblée, Olivier Marleix.

07:09

Une forte participation attendue

La campagne de l’entre deux-tours a été marqué par le désistement de très nombreux candidats d’Ensemble et du NFP, au nom d’un «front républicain» revigoré par la perspective concrète et tangible d’une nomination du président du RN Jordan Bardella, 28 ans, à Matignon. Au total 130 candidats NFP et 80 Ensemble se sont retirés entre dimanche et mardi, faisant passer le nombre de triangulaires de 306 à 89 selon l’institut de sondage Ipsos.

Et la mobilisation des électeurs s’annonce toujours élevée, avec une participation attendue au même niveau qu’au premier tour, où elle avait atteint 66,7%, bien au-delà des 47,5% de 2022. Conséquence de ces retraits, la perspective d’une majorité absolue pour le RN et la fraction de LR qui s’y est ralliée s’éloigne.

Plusieurs sondages donnaient vendredi à ce bloc une majorité relative en érosion: 200 à 230 sièges pour Elabe, 205 à 230 pour OpinionWay, 175 à 205 pour Ipsos, 170 à 210 pour Ifop, 185 à 215 pour Harris Interactive, une progression spectaculaire par rapport aux 88 députés RN sortants mais insuffisante pour atteindre seul la majorité absolue (289 députés).

07:07

Un second tour historique à l’issue très incertaine

Les Français votent dimanche pour le second tour des législatives anticipées, un scrutin historique dont le Rassemblement national (RN) devrait sortir vainqueur, avec une incertitude toutefois sur la possibilité pour l’extrême droite d’obtenir la majorité absolue à l’Assemblée et de former un gouvernement.

Les électeurs ont placé le RN et ses alliés issus de LR largement en tête dimanche dernier, avec 33,2% des voix, devant l’alliance de gauche Nouveau Front populaire (NFP, 28,0%), et le bloc présidentiel Ensemble (20,0%).

Les électeurs ont placé le RN en tête.
Sangiao_Photography / stock.adobe.com

Cette victoire inédite pour un scrutin législatif a ouvert la porte à l’arrivée des nationalistes au pouvoir, ce qui serait une première en France depuis la Seconde Guerre mondiale, et un coup de tonnerre aux répercussions dépassant largement les frontières de l’Hexagone. L’extrême droite «a le potentiel de conduire à une déstabilisation plus large à la fois de l’Europe et du cours même de l’intégration européenne»: «nous sommes donc confrontés à un danger existentiel», a mis en garde vendredi l’ancien premier ministre grec Alexis Tsipras.

07:05

Bienvenue dans ce direct

Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré au dernier tour des élections législatives anticipées. Le «front républicain» formé pour contrer le Rassemblement national fonctionnera-t-il ? Les Français ont commencé samedi à donner leur réponse, dans les outre-mer et en Amérique, pour un week-end d’élections aux enjeux historiques.

Les publications apparaîtront ici

Fermer